La presse en parle

Un article du « Point » : De fabuleuses mosaïques romaines découvertes à Uzès

Des fouilles archéologiques ont mis au jour des vestiges remontant à la ville romaine d’Ucetia, et notamment des sols ornés d’animaux et motifs géométriques.

Par Frédéric Lewino

Modifié le 28/03/2017 à 17:20 – Publié le 28/03/2017 à 17:00 | Le Point.fr

Mosaïque d’un édifice antique d’Uzès © © Denis Gliksman, Inrap.

Diapositive1

C’est une fouille que Philippe Cayn, archéologue à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), n’est pas près d’oublier. Il avait été chargé de creuser à l’emplacement d’un futur internat pour les lycées Gide et Guynemer de la ville d’Uzès, dans le Gard. Certes, il s’attendait à déterrer de vieux vestiges, mais de là à tomber sur deux mosaïques d’une telle beauté, c’était inespéré. Elles occupent près de 100 mètres carrés sur deux salles appartenant probablement à un édifice public. Les motifs géométriques sont constitués de motifs ornementaux formés d’enroulements se reliant de façon continue, ornés de svastikas. Un des médaillons est entouré de quatre animaux polychromes, un hibou, un canard, un aigle et un faon.

Diapositive3

 

Faon, mosaïque d’Uzès © © Denis Gliksman, Inrap.

Diapositive4

Aigle, mosaïque d’Uzès © © Denis Gliksman, Inrap.

 

Le bâtiment semble avoir perdu sa fonction seulement quelques décennies plus tard : les mosaïques ne sont plus entretenues, le sol est remplacé par une surface bétonnée plus rudimentaire. Mais le site a encore livré d’autres bâtiments, dont un de plus de 500 mètres carrés, que les archéologues imaginent pouvoir être une habitation. Plusieurs vestiges de dolia (grosses jarres) attestent une activité vinicole. Cette maison subit plusieurs transformations au cours des siècles, avec notamment une nouvelle pièce dotée d’un chauffage par le sol. Celui-ci est posé sur des piles de briques, laissant de grands espaces où circule la chaleur. Un portique se dresse dans la cour. Ailleurs, les fouilleurs ont mis au jour une sole de four à pain. « La première occupation du site pourrait remonter au premier siècle avant notre ère quand des gens venaient ici exploiter le calcaire », note Philippe Cayn.

La fouille montre que ce secteur est activement fréquenté jusqu’au VIIe siècle. Jusqu’à présent l’existence de l’Uzès primitif n’était connue que par une inscription géographique – Ucetia – à Nimes. Cette fois-ci, elle sort de terre et avec quelle maestria.

Diapositive5

mosaïque romaine découverte à Uzès © © Denis Gliksman, Inrap