Vie de la commission patrimoine

Stop au scandale, signez la pétition : LA MOSAÏQUE ROMAINE EST DEPUIS 2000 ANS A UZES ET DOIT Y RESTER !

Le comité de quartier Charles Gide soutien la pétition UCETIA qui vient d’être lancée contre le rapt de la superbe mosaïque qui vient d’être découverte par les archéologues sur le terrain de l’ancienne gendarmerie

UCETIA

https://www.change.org/p/préfêt-de-la-région-occitanie-la-mosaïque-romaine-est-depuis-2000-ans-a-uzes-et-doit-y-rester

Une mosaïque exceptionnelle de plus de 60 m2 datant du Ier siècle avant Jésus Christ a été découverte lors de fouilles dans la ville d’Uzès (Cité d’UCETIA)

Il s’agit plus précisément de deux mosaïques recouvrant un espace de 100m2 !

Afin que personne n’aie le temps de remettre en cause la réalisation du chantier et les contrats s’y attachant, la révélation au grand public de cette découverte inédite à la fois par sa taille et par son ancienneté (la plus ancienne à ce jour en Gaule romaine) à été faite à la presse le 29 mars pour une extraction (dit « dépose ») prévue le 3 avril !!!

Or, ce chantier « de sauvetage » a été commencé en octobre 2016 et doit se prolonger au moins jusqu’en aout 2017 ! Pourquoi un tel empressement ? La crainte d’une légitime levée de boucliers ?

Des visites au public sont prévues les samedi 1er et 2 avril…et le lendemain la « dépose » commence ! Des milliers d’amoureux d’Histoire vont accourir de partout afin d’admirer IN SITU cette mosaïque ainsi que les quartiers de la ville antique qui s’étendent sur 4000m2 et qui ont tant à nous raconter. Les services municipaux savent déjà qu’ils seront débordés. Et pourtant… seule une faible part de nos concitoyens qu’ils soient savants ou passionnés d’Histoire ne sont encore au courant de cette découverte et ne peuvent donc s’opposer à cette infamie. Quant à la presse étrangère, celle-ci n’a même pas eu le temps de prendre le relais !

Pourquoi un délai si bref ? Cet empressement si suspect ? La raison est la suivante : Dans le cadre de fouilles de sauvetage, il est loisible au Préfet de région, lors de découvertes exceptionnelles, c’est ici le cas, de demander la conservation IN SITU des découvertes archéologiques, remettant de facto en cause les juteux contrats passés avec les promoteurs. C’est, selon un archéologue  » tomber sur ce genre de trouvaille cela arrive tout les 10 ou 15 ans. » Face à cette découverte et l’annonce de cette extraction, les acteurs officiels sont pris de vitesse.

L’extraction précipitée de cette mosaïque dès la révélation de sa découverte mettrait par ailleurs fin à tout questionnement sur la préservation de ce site de 4000m2 avec ses quartiers de ville, car l’élément le plus spectaculaire en aura été extrait.

Ne restons pas les bras croisés. Si nous ne nous mobilisons pas, la mosaïque d’UCETIA sera extraite (« déposée ») du site le 3 avril 2017. Elle sera donc l’objet d’une opération extrêmement complexe, coûteuse et délicate dont voici le détail : pose de toile sur la surface de la mosaïque, découpage en plusieurs panneaux, pose de cadres de bois sur chacun d’entre eux que l’on garni de mousse, couverture de l’ensemble d’un panneau de contreplaqué que l’on visse, détachement de chaque panneau de mosaïque en passant une lame par dessous, le panneau découpé est retourné et puis transporté en entrepôt pour stockage sur des artères métalliques (stockage qui peut durer aussi longtemps que l’on n’aura point trouvé de lieu d’affectation à la mosaïque), nettoyage de l’ancien mortier, pose d’un nouveau mortier puis d’une plaque d’aluminium…découpage à la scie circulaire (…) assemblage et dissimulation des espaces liés à la découpe, etc.

Si la question du coût immédiat était en jeu, la protection de la mosaïque contre les intempéries ne coûtera pas moins cher que cette extraction à la découpe, sans en avoir les inconvénients.

D’ailleurs, ces opérations d’extraction (de « dépose ») sont elles effectuées par l’INRAP elle-même ou bien par des contractants privés ?

Nous devons retarder cette extraction car la découverte d’un tel projet par un nombre croissant d’individus, de France et du monde entier (car beaucoup d’étrangers sont fascinés par cette cité), rendra chaque jour plus difficile la réalisation d’une telle agression.

En signant cette pétition vous soutenez la conservation IN SITU de cette mosaïque exceptionnelle pour la ville d’Uzès et par la même occasion contribuez au non-enfouissement des vestiges d’UCETIA, déjà mis au jour sur 4000m2, avec ses chaussées, ses axes de circulation, ses habitations, dont une demeure de 500m2 dédiée au vin ainsi qu’un édifice public de 200m2.

L’ensemble deviendra un point touristique d’exception, au même titre que le Duché d’Uzès, que ses ruelles intactes du XVIIe siècle, que son marché, que sa vallée de l’Eure d’où prend sa naissance l’aqueduc romain traversant le Pont du Gard.

Ne soyons pas non plus aveuglés par les débats locaux destinés à nous égarer et à laisser intacte l’opération immobilière envisagée avant cette découverte: la mosaïque extraite doit elle rester à Uzès ou bien rejoindre le nouveau musée de la romanité à Nîmes ? Tout cela est sans importance.

Par ailleurs, les opposants au maintien IN SITU diront que le travaux prévus sont d’une grande nécessité (en l’occurrence ce lieu de friches attenant à l’ancienne gendarmerie a été choisi pour la construction d’un internat pour les lycées).

Qu’aurait répondu à cela André Malraux ? Lui, le Ministre de la culture qui sauva Uzès (et tant d’autres villes) du bétonnage des années 60, contribuant ainsi à sa notoriété mondiale ? Il aurait répondu que ces travaux peuvent être effectués partout ailleurs à Uzès là où cela est possible (d’ailleurs les lieux ne manquent pas) et que l’intérêt historique de la ville prime sur tout autre considération, surtout lorsqu’il existe des alternatives à un tel projet d’urbanisme, pourvu qu’on se donne la peine de le trouver.

Ce grand ministre de la culture conclurait que la mosaïque d’UCETIA est là depuis 2000 ans et qu’elle ne doit pas en bouger !

https://www.change.org/p/préfêt-de-la-région-occitanie-la-mosaïque-romaine-est-depuis-2000-ans-a-uzes-et-doit-y-rester

 

Cette pétition sera remise à:

  • préfêt de la région occitanie
  • Ministre de la culture
  • President de la République